Séance des 3 & 4 juillet 2018 : opération de green et social washing – La vaste fumisterie de Pécresse !

Juil 3, 2018 | Communiqués

A nouveau, les séances sont organisées non plus pour les besoins des Francilien.ne.s, mais selon l’agenda politique personnel de V.Pécresse.

Ainsi, pour son mi-mandat, c’est opération « green et social washing ».

Green washing d’abord avec un Plan stratégie énergie-climat dont les ambitions parfois louables sont, pour Didier MIGNOT, conseiller régional PCF-93, « immédiatement balayées par une absence d’engagements financiers. Or sans un investissement massif, comment mener des politiques publiques à la hauteur des urgences climatiques ? »

Social washing ensuite avec un plan « Région solidaire » censé incarné le volet francilien du rapport Borloo pour les quartiers populaires que Macron a enterré. Un plan qui, pour Lamine CAMARA, conseiller régional PCF-91, « n’est que peau de chagrin pour les banlieues. S’y mêlent des dispositifs antisociaux existants comme contre le logement social et quelques paillettes destinées à la communication. Aucun engagement financier concret, aucune coupe effectuée depuis deux ans et demi, comme contre les associations, n’est remise en cause. L’égalité et des actions pour que les banlieues entrent dans le droit commun n’appartiennent décidément pas au logiciel de la droite régionale. »

En émettant un avis favorable au projet régional de santé (PRS), la droite de Pécresse, selon Jean-Michel RUIZ, conseiller régional PCF-95 « offre un blanc-seing à l’Agence régionale de santé qui entérine les choix austéritaires cassant le service public de santé. Valider un projet qui ne répond pas aux besoins, amplifie la catastrophe sanitaire et la désertification médicale est catastrophique alors que les cris d’alerte des soignants se multiplient».

Le Front de gauche a choisi d’interpeller V. Pécresse à propos de la sélection post-bac avec Parcoursup. « L’avenir de dizaines de milliers de lycéen.ne.s est sacrifié avec ce système de sélection. La Présidente de Région, pourtant peu avare en paroles, n’a eu aucun mot pour ces lycéens et leurs familles ! Il faut exiger la transparence sur les algorithmes qui ont présidé au tri social et territorial et agir pour l’égalité de tous les lycéens franciliens. C’est ce que nous exigerons» indique Céline MALAISE, présidente de groupe.

Quant à la commission permanente du mercredi 4 juillet, elle regorge d’individualisations financières éloignées de l’intérêt général des Francilien.ne.s.

Paris, le 3 juillet 2018

Sur les réseaux


Newsletter


Communiqués


Share This
Page generated in 0,939 seconds. Stats plugin by www.blog.ca