Projet de terminal T4 à Roissy : pour une vraie maîtrise publique d’ADP

Mai 13, 2019 | Communiqués

La construction du terminal T4 de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle pose de lourdes questions auxquelles ADP, chapeautant la « concertation » alors qu’il serait le principal bénéficiaire de ce projet, ne répond pas.
Alors que le scandaleux projet de Macron de privatiser ADP peut être stoppé avec la tenue d’un référendum, le débat sur le T4 doit intégrer cette nouvelle situation et avoir pleinement lieu avec tous les citoyen.ne.s concerné.e.s.

Pour Didier Mignot, conseiller régional : « Ce projet de T4 est à rebours des urgences climatiques, environnementales et sanitaires. Alors que les accords de Paris engagent la France à diviser par quatre ses émissions de GES, ce nouveau terminal anéantirait cet objectif. L’estimation des émissions de CO2 données par ADP est trompeuse : la pollution réelle de l’air augmentera avec une hausse du trafic aérien. Les riverains s’en inquiètent justement d’autant que la pollution atmosphérique s’ajoute aux nuisances sonores déjà élevées, qui se renforceront. A la dégradation du cadre de vie, à la chute de l’espérance de vie en bonne santé, ADP n’apporte aucune réponse satisfaisante aux populations riveraines. Quant à l’accélération de l’artificialisation des sols avec le T4 et ses conséquences négatives pour le ruissèlement des eux ou la biodiversité, elle est évacuée par ADP. »

Pour Vanessa Ghiati, conseillère régionale : « ADP annonce la création de 50 000 emplois, mais ce chiffre est un leurre. Le ratio de créations d’emplois sur les aéroports par rapport au trafic aérien est de plus en plus faible et une partie des emplois correspond seulement à un transfert de ceux du terminal T3 vers le T4. De plus, l’automatisation des activités sera certainement renforcée sur ce nouveau terminal. Nous sommes inquiets de la hausse de la sous-traitance des métiers aéroportuaires qui précarise l’emploi local. Rien n’est prévu pour la formation et l’accès à l’emploi des populations riveraines et notamment pour les jeunes. Enfin, alors que les enjeux industriels et de recherche sont énormes dans l’aérien, pas un mot d’ADP sur la réduction des nuisances et de l’empreinte écologique de son activité ! »

Pour Céline Malaisé, présidente du groupe Front de Gauche, « Ce qui se joue à travers le projet de T4 est le modèle de développement et ce que nous laisserons aux générations futures. Le T4 comme le CDG express sont en définitive conçus pour valoriser ADP dans le cadre de sa privatisation. Deux bonus ajoutés au panier de la mariée pour renforcer le rayonnement international d’ADP et satisfaire la création de dividendes au mépris des populations et de l’environnement ! Cette course à la concurrence et à la rentabilité doit cesser. Répondre aux urgences climatiques et sociales nécessite de protéger les populations, de limiter le trafic aérien, de penser le développement économique autrement et sous maîtrise publique.
La voie à un référendum sur la privatisation d’ADP est ouverte : nous nous en félicitons. Tous les projets liés à ADP (T4 et CDG express) doivent être stoppés. Comment penser séparément la privatisation d’ADP, le T4, le CDG express ou encore Europacity alors qu’ils répondent tous à une logique similaire ? Il faut une large consultation citoyenne sur l’aménagement du territoire de Roissy : un débat public porté par une autorité indépendante, la CNDP, est incontournable. En l’état, les élu.e.s Front de gauche, qui ont déposé un cahier d’acteur sur le site de la consultation, s’opposent au projet de T4 tel qu’il est défendu par ADP. »

Paris, le 10 mai 2019

Sur les réseaux


Newsletter


Communiqués


Share This
Page generated in 1,141 seconds. Stats plugin by www.blog.ca