Sélectionner une page

Missions locales d’Île-de-France : l’État et la Région doivent d’urgence réengager des moyens !

Juin 12, 2019 | Communiqués

Les salariés des 72 missions locales d’Ile-de-France se sont mobilisés ces derniers jours pour protester contre la baisse des moyens qui leurs sont alloués. Les élu.e.s régionaux Front de Gauche soutiennent pleinement leurs revendications. L’État et la Région Ile-de-France doivent d’urgence engager des financements supplémentaires pour ces structures indispensables pour l’accès des jeunes à l’emploi !

Pour Michel Jallamion, conseiller régional, « l’utilité et l’efficacité de ces structures dans l’accompagnement des jeunes vers l’emploi ne sont plus à démontrer. En Ile-de-France, les 72 missions locales et leurs 171 antennes accueillent près de 165 000 jeunes, notamment dans les quartiers populaires, où leur action est indispensable. Depuis 2018, l’État ne tient pas ses engagements pour le financement de ces missions locales, alors que la demande des jeunes ne faiblit pas. Ces choix inacceptables témoignent d’un véritable mépris à leur égard. Ils sont d’autant plus graves que la Région Ile-de-France, de son côté, a aussi récemment revu ses critères de financement des missions locales, avec pour conséquence des baisses de financements jusqu’à 20%. Ceci va accentuer encore leur manque de moyens et conduire à des suppressions d’emplois. On marche sur la tête ! »

Pour Céline Malaisé, présidente du groupe Front de Gauche, « sur ce dossier comme sur beaucoup d’autres, une fois de plus Valérie Pécresse se met dans les pas du Gouvernement. Nous avions été, en présentant une motion en mai dernier, le seul groupe du Conseil régional à la mettre en garde sur l’application des nouveaux critères de financement des missions locales par la Région. Il nous avait été répondu que ces critères avaient été établis en coordination avec les missions locales : mais au final ceux-ci sont peu lisibles et à l’opposé des besoins locaux. Beaucoup de missions, situées dans des quartiers prioritaires de politique de la ville, se trouvent ainsi pénalisées par des malus importants. Alors qu’à l’inverse leurs moyens devraient être renforcés pour mieux servir des populations déjà défavorisées. Valérie Pécresse et son exécutif n’ont rien voulu entendre. Il est grand temps que cette dernière revienne sur ses décisions, remobilise les moyens régionaux, et engage un travail avec l’État pour donner aux missions locales des ressources à la hauteur de leur action. Nous ne lâcherons rien sur cette question !”

Paris, le 12 juin 2019

Sur les réseaux


Newsletter


Communiqués


Share This
Page generated in 1,454 seconds. Stats plugin by www.blog.ca