Lycée Georges Brassens de Villeneuve-Le-Roi – Pas d’amiante dans nos lycées !

12 Oct 2018 | Communiqués

A l’occasion de la manifestation « Pas d’amiante dans nos écoles », la presse se fait l’écho de la longue mobilisation contre la présence d’amiante au lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi.

Depuis la fin de l’année 2017 et l’incident qui a mis à jour la présence d’amiante dans ce lycée, les élu.e.s Front de gauche sont présents aux côtés de la communauté éducative et relayent leurs inquiétudes réelles et leurs demandes auprès V.Pécresse. Il s’agit d’une question de santé publique majeure et d’un potentiel scandale sanitaire.

Céline MALAISÉ, présidente du groupe, indique : « Les responsabilités de ceux qui sont en position de décider sont immenses. Nous avons pris les nôtres en demandant l’application absolue du principe de précaution par tous les moyens nécessaires (algeco, délocalisation…), la mise en place d’un suivi médical de tous les personnels et élèves de ce lycée et la réalisation d’une expertise fiable et indépendante sur la présence d’amiante dans l’air respiré dans tous les lycées franciliens. »

Le lycée Brassens a été construit en 1969 par l’État, avant la décentralisation de la compétence lycées aux régions. Ce n’est qu’en 1997 que l’État interdit l’amiante. Alors qu’une première alerte avait eu lieu à la fin des années 1980, la réponse avait été de poser des flocages. Depuis que la présence d’amiante est avérée par une expertise fin 2017, l’État est aux abonnés absents alors qu’il est responsable de la situation.

Céline MALAISÉ ajoute : « Quant à la droite régionale, elle ne peut se défausser en rejetant l’erreur sur ceux qui l’ont précédé. L’écoute faite aux inquiétudes de la communauté éducative a été et est imparfaite allant jusqu’à remettre en cause la possibilité des enseignants d’exercer leur droit de retrait. L’urgence est là. Les élèves et le personnel ne peuvent être mis en danger et les lycéen.ne.s doivent pouvoir suivre leur scolarité dans des conditions sûres. Si des bâtiments modulaires sont prévus pour novembre, la question de reconstruire le lycée à cet emplacement est posée. Les nuisances y sont concentrées (couloir aérien d’Orly, site classé Seveso à proximité, terrain meuble…). Il avait été proposé de le reconstruire sur un autre site sain.

Pécresse, pressée par le maire de Villeneuve-le-Roi, avait enterré cette solution. Elle est pourtant d’actualité. »

Les élu.e.s du groupe Front de gauche se félicitent de l’ampleur médiatique prise autour de l’urgence du lycée Villeneuve-le-Roi et seront présents aux côtés de la communauté scolaire à la manifestation de ce jour.

Paris, le 12 octobre 2018

Sur les réseaux


Newsletter


Communiqués


Share This
Page generated in 1,239 seconds. Stats plugin by www.blog.ca