Sélectionner une page

Lutte contre le Covid-19 : soutien à celles et ceux qui sont tout !

31 Mar 2020 | Communiqués

Comme la majorité des Français·e·s, nous tenons à exprimer notre grande reconnaissance à tous les personnels de santé, pleinement mobilisés face à l’épidémie de Covid-19, alors même que leurs moyens ont été continuellement dégradés ces dix dernières années par des politiques gestionnaires désastreuses. Notre reconnaissance va également à tou·t·e·s les salarié·e·s, celles et ceux du secteur public qui continuent à assurer la distribution du courrier, l’accueil, la sûreté et la propreté dans les espaces publics, celles et ceux du privé, notamment dans les secteurs de l’alimentation, de la distribution, de la livraison, des associations, sans lesquels notre pays serait aujourd’hui totalement à l’arrêt. Beaucoup, parmi ces salariés, risquent quotidiennement leur santé, voire leur vie, en se trouvant exposés à la contamination dans leurs activités professionnelles. Ceux qui furent désignés par Emmanuel Macron comme « ceux qui ne sont rien » sont, en définitive, celles et ceux qui font tenir le pays.
 
Face à cette situation, la seule expression de reconnaissance ne suffit pas. Trop de temps a déjà été perdu, trop de sacrifices ont déjà été faits par défaut de prévoyance élémentaire. Dans tous les secteurs d’activités indispensables, les salarié·e·s exigent fort légitimement davantage de moyens de protections : masques, gants, produits désinfectants, etc. C’est d’abord le cas des personnels de santé. C’est aussi le cas des innombrables salarié·e·s du commerce, de la logistique et des transports, de la propreté, de la sécurité, ou encore des personnels associatifs du secteur social. Tout doit être mis en œuvre pour répondre au plus vite à ces besoins. Nous sommes pour l’heure loin du compte.
Mais surtout, dans trop d’entreprises dont l’activité ne répond pas aux impératifs vitaux de la vie économique et sociale du pays, il est encore demandé aux salariés de se rendre chaque jour sur leurs lieux de travail, au risque de se contaminer et de contaminer à leur tour. Cette situation n’est pas acceptable !
 
Si un soutien actif des pouvoirs publics aux entreprises, particulièrement aux PME-PMI et à leurs emplois, est indispensable pour prévenir le désastre économique et social pouvant résulter de la crise actuelle, il est cependant primordial de renforcer la lutte contre l’épidémie, en cessant les activités ne relevant pas de la première nécessité, qui doit être définie de façon plus stricte, et en confinant leurs salariés à domicile.
 
Le choix du Gouvernement de maintenir coûte que coûte certaines activités non indispensables, avec des mesures dérogeant gravement au droit du travail, est totalement irresponsable, pour ne pas dire criminel. L’heure n’est pas à « challenger les entreprises », comme le demandait récemment la ministre du travail.
Toute décision politique doit à présent être prise avec un objectif essentiel, prioritaire et indiscutable : protéger et sauver des vies !


Nous suivre sur les réseaux


Les parcs et jardins de Paris sont donc fermés parce que Macron n’aime pas Hidalgo.
Le Puy du fou, ode à l’Ancien Régime, va donc pouvoir ouvrir parce que Macron aime Villiers.

La France, cette cour de récré ...! https://twitter.com/laurent_berbon/status/1263742969129119744

Laurent Berbon@Laurent_Berbon

Pour mieux comprendre l’entêtement du gouvernement sur la question des parcs et jardins à Paris. Eclairage intéressant dans ⁦@lobs⁩

Depuis le début, le chantier du CDG Express est privilégié sur ceux des RER B et D !
Depuis le début, les transports du quotidien sont sacrifiés pour le train de quelques riches touristes !
Le temps n'est plus à s'indigner mais à stopper les travaux de ce train inutile ! https://twitter.com/francebleuparis/status/1263137684182241281

France Bleu Paris@francebleuparis

Transports : Valérie Pécresse s'indigne que le chantier du CDG Express passe avant celui du RER https://www.francebleu.fr/infos/transports/transports-valerie-pecresse-s-indigne-que-le-chantier-du-cdg-express-passe-avant-celui-du-rer-1589988897#xtor=RSS-115

A l'arrivée d'une crise économique et sociale majeure, ce projet de licenciements chez Renault est inacceptable. L’État ne peut accorder à Renault un prêt de 5 milliards d'€ sans contreparties sociales et environnementales. Il faut une stratégie économique réellement durable!

Load More...

Communiqués


Page generated in 2,131 seconds. Stats plugin by www.blog.ca
Share This