Lettre d’information n°33 / Janvier 2019

15 Jan 2019 | Lettre d'information

EDITO

En décembre dernier, le conseil régional a adopté, après trois jours de débat, le budget régional pour l’année 2019.

Cette année encore, Valérie Pécresse enterre définitivement tout projet régional de solidarité pour les Francilien.ne.s. Et pourtant, la mobilisation des « gilets jaunes », des lycéens, des étudiants, qui sont bien souvent les enfants des premiers, remettent avec force en première ligne la question du pouvoir d’achat, celle d’améliorer la vie mais aussi de protéger notre planète, notre cadre de vie commun et donc de changer de logiciel.

Malgré tout, l’exécutif francilien accélère les politiques inégalitaires alors que trois ans après leur arrivée, ce budget aurait du être celui du tournant social, celui de la visée environnementale, celui du tournant démocratique.

A l’image du Président de la République, la droite régionale s’arqueboute dans une posture donneuse de leçon, et creuse la « fracture sociale » et territoriale dans la Région la plus riche d’Europe. Ce budget confirme donc que « la fin du monde et les fins de mois difficiles » ne font pas partie de du logiciel libéral.

Pourtant la droite régionale reste sourde aux urgences régionales. Sourde à cet état d’urgence sociale décrit par ceux qui agissent auprès des plus démunis. Sourde aux besoins des lycéens en sabrant les aides sociales, en investissant prioritairement dans les lycées huppés et dans les lycées privés alors que les besoins dans les quartiers populaires et les zones rurales sont colossaux. Sourde encore, en ayant sabré depuis trois ans plus de 100 millions d’euros de soutien aux associations pourtant dernier lien social dans de nombreux territoires populaires et ruraux. Sourde, aux besoins d’amplifier les tarifications sociales dans les transports. Sourde enfin, aux plus de 600 000 demandeurs de logement social en rabotant le droit au logement pour tous,

Pourtant, à son échelle, dans ses compétences, la Région la plus riche d’Europe devrait être précurseuse et poser des jalons afin de changer de paradigme. Prendre des mesures fortes qui sont des réponses immédiates aux urgences économiques, sociales, écologiques et politiques et, dans le même temps, qui posent le début du commencement d’une nouvelle civilisation. Prenons l’exemple de la gratuité qui rompt avec la logique de marchandisation, de monétarisation, d’utilitarisme et d’accumulation du capital. Dans le sens où l’on différencierait les usages socialement utiles, écologiquement responsables en les rendant gratuit des mésusages dont le prix serait dissuasif. C’est en ce sens que la question d’avancer vers la gratuité dans les transports doit être posée, au moins pour les moins de 18 ans.

Depuis trois ans, la carte de l’Île-de-France est déchirée, des territoires entiers sont oubliés presque reniés, le bouclier social est détruit, l’environnement est écorché, les lycées publics sont délaissés, le principe républicain d’égalité est affaibli.

Cette dégradation alarmante des conditions de vie et du pouvoir d’achat des Francilien.ne.s est aggravée par la politique du Président Macron, le Président des riches, qui a entrepris d’en finir définitivement avec le modèle social français et d’affaiblir la République et la démocratie.

Céline MALAISÉ, Présidente de groupe

Sur les réseaux


Lettre d’information


Dernières actualités


Share This
Page generated in 1,245 seconds. Stats plugin by www.blog.ca