Sélectionner une page

Les oubliés du Ségur de la santé : Tous les personnels doivent être pris en compte !

19 Jan 2021 | Communiqués, Publications

Paris, le 19 janvier 2020

Quand le gouvernement tarde à tenir ses engagements … Suite au Ségur de la santé, le décret n° 2020-1152 a validé le versement d’un complément de traitement indiciaire (CTI) d’un montant de 183 euros aux agents des établissements publics de santé, des groupements de coopération sanitaire et des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes de la Fonction publique hospitalière. Pour mémoire, le Ségur de la santé a pu se tenir grâce à la mobilisation des personnels hospitaliers. Ils ne doivent pas être oubliés.

Or, à ce jour, plusieurs dizaines de milliers d’agents se trouvent exclus de ce dispositif.

Jean Michel Ruiz, Conseiller régional de notre groupe en charge des questions de santé, a rencontré, le 7 janvier dernier à l’hôpital de Gonesse, le personnel de la Blanchisserie Inter- Hospitalière (qui a en charge tous les hôpitaux du Val d’Oise) et celui du Centre d’Action Médico-Social Précoce (qui dépend bien du secteur public) qui ne bénéficie pas de cette avancée financière. « Nous avons vraiment du mal à comprendre pourquoi ces agents ne perçoivent pas ces 183 euros, explique l’élu. Ils ont pourtant été présents et indispensables depuis le début de l’épidémie. Ils se sentent exclus, oubliés, alors que leur engagement a été sans faille. Nous leur apportons tout notre soutien. Mais désormais, les applaudissement ne suffisent plus ! »

Suite à cette entrevue, le groupe Front de Gauche a écrit à la Présidente de Région, Valérie Pécresse, afin qu’elle intervienne auprès de l’ARS et du ministère pour que cette situation incompréhensible et injuste soit corrigée. Plus largement, si les 183 euros de CTI vont dans le sens d’une reconnaissance du travail des personnels de santé, beaucoup estiment le geste insuffisant et auraient préféré une augmentation du point d’indice, mesure qui aurait profité à tous. Dans ce cadre, le groupe Front de Gauche soutient la revendication de la CGT qui demande que ce montant soit porté à 300 euros, au même titre que leurs collègues du sanitaire et des EHPAD…

Pour Céline Malaisé, présidente du groupe Front de gauche, il est urgent « de prendre des mesures de soutien aux structures de santé comme à leurs personnels qui sont épuisés et en colère par le manque de lits, de lieux d’accueil et de professionnel.le.s en nombre suffisant. Elles et ils dénoncent avec justesse depuis des mois la surcharge de travail, l’impossibilité de prendre leurs droits à la formation, leurs temps de repos et de congés. Et rien n’est fait, au contraire, puisque la casse de l’hôpital public continue en 2021. »

Le 21 Janvier 2021 les élus du groupe Front de Gauche seront à leurs côtés lors de la Journée de mobilisation et de grève dans les établissements du sanitaire, du médico-social et du social / public & privé pour obtenir enfin l’ouverture de réelles négociations sur les salaires comme sur les moyens donnés aux établissements de santé qui influent sur leurs conditions de travail.


Nous suivre sur les réseaux


Load More...

Communiqués


Page generated in 2,354 seconds. Stats plugin by www.blog.ca
Share This