Sélectionner une page

Enquête publique Gare du Nord 2024 : un projet absurde et démesuré qui doit être entièrement revu

8 Jan 2020 | Communiqués

Les conseiller·e·s régionaux Front de Gauche ont rendu un avis négatif dans la consultation sur le projet Gare du Nord 2024. Pour eux, ce projet absurde et démesuré doit impérativement être stoppé pour laisser place à un projet répondant à l’intérêt public, aux besoins des usagers du service public de transports et des populations riveraines, et établi dans une réelle concertation avec les habitants. 

Pour Fabien Guillaud-Bataille, conseiller régional et administrateur d’IDF Mobilités, « ce projet n’est pas pensé pour les transports en commun et leurs usagers, mais pour des bureaux, des commerces et des activités de loisirs ; loin des fonctions principales d’une gare. C’est un projet dont la visée est principalement marchande, qui tourne le dos aux besoins des voyageurs européens, mais surtout à ceux des 750 000 voyageurs quotidiens transitant par cette gare, qui sont les usagers des RER, des Transiliens et des TER, et qui verront leurs temps de trajet augmenter. Les dernières études ont montré que la conception du projet se traduira par un allongement des durées d’accès des voyageurs aux quais de surface, qu’elle génèrera des problèmes de congestion dans le terminal des départs, sur les passerelles et sur les quais. C’est une absurdité. Soutenir le projet Gare du Nord 2024, comme le fait la Présidente de Région V. Pécresse, va à l’encontre du soutien aux transports du quotidien des Francilien·ne·s ».

Pour Céline Malaisé, présidente du groupe Front de Gauche, « c’est un projet fermé sur lui-même, qui ne tient pas compte des besoins des populations riveraines. Il ne présente en effet pas d’ouverture sur le quartier, ne prend pas en compte les besoins quotidiens de ses habitant·e·s. A titre d’exemple, l’intermodalité n’y est quasiment pas pensée. Y accéder en vélo relèverait de l’exploit ! De très nombreux habitant·e·s, de même que plusieurs architectes et urbanistes de renom ont souligné que ce projet ne prenait pas en compte le traitement des abords déjà saturés de la gare, et que l’extension des activités commerciales allait asphyxier le quartier. Avec un plan de financement minoritairement public et majoritairement privé impliquant aux deux-tiers le groupe Auchan, ce projet poursuit la logique de privatisation rampante déjà à l’œuvre dans de nombreux espaces publics, soumettant à la rentabilité financière et aux intérêts particuliers ce qui appartient à la communauté, à la cité. Dans cette logique, toute la valeur produite par la métropole, par ses lieux et ses équipements publics, est vouée à se transformer en profits pour de grands groupes privés. Nous demandons donc que ce projet soit intégralement repensé, dans un travail de concertation avec les usagers, les habitant·e·s du quartier et les élu·e·s locaux, en prenant en compte l’intérêt commun et les principes fondamentaux du service public ».

Paris, le 8 janvier 2020


Nous suivre sur les réseaux


Les parcs et jardins de Paris sont donc fermés parce que Macron n’aime pas Hidalgo.
Le Puy du fou, ode à l’Ancien Régime, va donc pouvoir ouvrir parce que Macron aime Villiers.

La France, cette cour de récré ...! https://twitter.com/laurent_berbon/status/1263742969129119744

Laurent Berbon@Laurent_Berbon

Pour mieux comprendre l’entêtement du gouvernement sur la question des parcs et jardins à Paris. Eclairage intéressant dans ⁦@lobs⁩

Depuis le début, le chantier du CDG Express est privilégié sur ceux des RER B et D !
Depuis le début, les transports du quotidien sont sacrifiés pour le train de quelques riches touristes !
Le temps n'est plus à s'indigner mais à stopper les travaux de ce train inutile ! https://twitter.com/francebleuparis/status/1263137684182241281

France Bleu Paris@francebleuparis

Transports : Valérie Pécresse s'indigne que le chantier du CDG Express passe avant celui du RER https://www.francebleu.fr/infos/transports/transports-valerie-pecresse-s-indigne-que-le-chantier-du-cdg-express-passe-avant-celui-du-rer-1589988897#xtor=RSS-115

A l'arrivée d'une crise économique et sociale majeure, ce projet de licenciements chez Renault est inacceptable. L’État ne peut accorder à Renault un prêt de 5 milliards d'€ sans contreparties sociales et environnementales. Il faut une stratégie économique réellement durable!

Load More...

Communiqués


Page generated in 2,262 seconds. Stats plugin by www.blog.ca
Share This